http://labo.csur.ca/wp-content/uploads/2013/11/cynthia-H1-300x225.jpghttp://labo.csur.ca/wp-content/uploads/2013/11/cynthia-H1-300x225.jpghttp://labo.csur.ca/wp-content/uploads/2013/11/cynthia-H1-300x225.jpgCovoiturer ou ne pas covoiturer? Trois expériences de covoiturage

Covoiturer ou ne pas covoiturer? Trois expériences de covoiturage

Gaston Soucy,
résident de Très-St-Rédempteur
Gaston Soucy dans son auto
Je fais du covoiturage autant que possible. Quand je vais magasiner, j’invite d’autres personnes. Si j’ai besoin d’acheter quelque chose, je commence toujours par faire une liste, puis j’appelle mes amis et ma famille et nous partons ensemble : à Montréal, à Valleyfield, à Vaudreuil. Nous avons aussi l’habitude de nous appeler avant d’aller à Rigaud ou chez Costco pour une commission, afin de savoir si l’un d’entre nous a besoin de quelque chose. Ça évite une sortie inutile. Nous n’avons pas de système, pas de tours, c’est spontané et pas structuré. Nous économisons de l’argent sur l’essence et l’usure de la voiture, et nous faisons “du social” en même temps.

Cynthia Henrie,
résidente de Rigaud
cynthia-H
Je travaille aux Cèdres. Je fais du covoiturage avec une collègue de travail, trois jours par semaine.
Ce serait plus simple pour nous de prendre chacune notre voiture. Nous avons des positions de responsabilité et nous ne pouvons pas toujours quitter le travail à des heures regulières ni planifier d’avance. Alors la coordination prend du temps, nous devons nous appeler souvent parce que nos emplois de temps changent au dernier moment.
Si nous continuons de nous organiser c’est parce que notre conscience environnementale nous anime.

René-Philippe Hébert,
résident de Très-St-Rédempteur
René-Philippe dans son auto
Je travaille à Senneville et je fais 85km par jour. Je transporte une collègue qui n’a pas de voiture alors elle contribue à payer ma facture d’essence. Il y a un avantage économique pour elle et pour moi. Cet été nous avions une troisième personne avec nous qui prenait sa voiture une semaine sur deux. Nous avons économisé encore plus. Et à chaque fois qu’on fait du covoiturage, on diminue la pollution. Quand on est pris dans le trafic c’est plaisant d’avoir une autre personne dans la voiture pour jaser. Mais il y a des matins où on ne se parle pas, ou des après-midi ou ma passagère s’endort dans l’auto. Ce serait bien si nous avions un service de coordination pour le covoiturage à Très-St-Rédempteur et les environs.

Réponse à ce projet

caractères permis